Qu’est-ce que la psychothérapie ?

La psychothérapie est une méthode thérapeutique qui utilise des moyens psychologiques pour traiter les troubles psychiques, une maladie mentale ou une inadaptation. Elle va aider à soigner les symptômes ainsi qu’à donner du sens et à comprendre la situation vécue.

La psychothérapie peut être utilisée comme traitement à part entière, en support d’un traitement médicamenteux ou comme méthode préventive de rechute après une guérison d’une dépression, par exemple.

Même s’il existe une grande variété de psychothérapies, elles se fondent toutes sur l’échange et la communication entre deux personnes. Celles-ci étant le praticien (psychiatre ou psychologue) et le patient.
Comme l’échange entre les deux personnes est primordial, il faut que la démarche du patient soit volontaire et consentie.

Entreprendre une psychothérapie nécessite un certain engagement personnel. C’est choisir de parler librement de ses sentiments, peurs, ressentis et émotions dans le but de mieux se comprendre, d’identifier le problème et de changer. C’est accepter de se remettre en question pour guérir et aller mieux.

Les différents types de psychothérapie

Le choix de la psychothérapie à suivre sera défini par le professionnel de santé après le premier entretien. Il dépendra, entre autres, du type de trouble à traiter.
Nous allons voir ensemble, les différentes thérapies existantes.

Les thérapies psychanalytiques

La psychanalyse, dont le père fondateur est Freud, est une psychothérapie qui considère que les traumatismes développés dans l’enfance sont responsables de troubles à l’âge adulte.

Par exemple, la cure psychanalytique va explorer l’inconscient pour faire revenir les épisodes traumatisants de l’enfance. Ces souvenirs existent, ils ont été enfouis dans le subconscient et continuent d’influer la vie actuelle via des comportements ou des schémas de pensées.

Le thérapeute va alors demander au patient de parler de tout ce qui lui vient à l’esprit. De tout dire, même les choses les plus douloureuses, pour que le patient prenne conscience des situations dans lesquelles interviennent des sentiments conflictuels.
Le patient va alors comprendre que sa façon d’agir ou ses troubles sont étroitement liés à ce qu’il a vécu et emmagasiné en tant qu’enfant (valeurs, morale…). Une fois identifiés, il pourra lutter contre ces troubles plus efficacement.

De manière générale, la cure psychanalytique est surtout préconisée dans le cas de troubles de la personnalité et de névroses.

Les thérapies comportementales et cognitives

Également connues sous l’abréviation TCC, les thérapies comportementales et cognitives sont des psychothérapies qui vont chercher à corriger des idées négatives et/ou des comportements inadaptés.

Par leur but, les TCC sont vivement conseillées pour les personnes atteintes de TOC (troubles obsessionnels du comportement) comme ceux des rites et vérifications ou pour soigner une timidité maladive (évitement, inhibition).

Le but est de mettre les personnes en souffrance face à des cas concrets et de les aider à adopter un comportement adapté à la réalité. Ceci s’effectue de manière individuelle ou collective.
La mise en situation se fait d’abord de manière imaginaire puis, progressivement, de manière « réelle » comme aller demander un renseignement à quelqu’un, dans la rue.

Au fur et à mesure de la répétition des exercices, le comportement initial « déviant » sera remplacé par un comportement plus « adapté ».

Tout cela parce qu’en expérimentant des situations qui le mettaient en difficulté, le patient à réaliser qu’il est capable de les surmonter.

Il prend donc plus confiance en lui et ne se réfugie plus derrière des comportements anxieux ou d’évitement.

Les thérapies familiales

Le but de ce type de psychothérapie est de favoriser le dialogue entre les membres d’une même famille pour surmonter une crise.

La crise peut être liée à une redéfinition des rôles de chacun ou à la difficulté de (re)trouver sa place.
Le thérapeute va alors écouter les membres de la famille, un à un, et les accompagner pour retrouver un équilibre familial.

Certes, la famille est vue comme une entité, mais l’équilibre individuel sera recherché en priorité pour que l’ensemble familiale puisse continuer d’évoluer sereinement.

Le groupe ne doit pas prendre le pas sur l’individu mais accepter chaque membre avec ses aspirations et ses évolutions.

Les thérapies de groupe

Les thérapies de groupe ont un effet galvanisant pour les patients, de par le nombre de participants. Ceux-ci souffrant d’isolement et de difficultés dans leurs rapports aux autres.

Le fait d’être nombreux et de partager leurs souffrances va permettre aux personnes d’être stimulées. C’est-à-dire, qu’elles vont prendre conscience qu’elles ne sont pas les seules à souffrir et que leurs problèmes ne viennent pas forcément de l’extérieur.

C’est une ouverture sur le monde et sur les autres avec le développement de comportements d’entraide et d’écoute.

Laisser un commentaire

Retour haut de page